ModĂšle vivant
Mise en scĂšne :
Xavier Lemaire
Auteur(s) :
Stéphanie Mathieu
Distribution :
Stéphanie Mathieu
Année de production :
2016
Equipe technique :
Didier Brun (LumiĂšres); Fred Jaillard (Musiques); Caroline Mexme( DĂ©cors)
Durée du spectacle :
1 heures 20 minutes

"J'ai écrit ce texte pour témoigner d'un autre espace-temps, pour dire combien je me sens bien plus forte face au monde en posant nue "- Stéphanie Mathieu

Agenda

 Tous les dimanches à 15h

jusqu’au 15 octobre 2017

au Théùtre de Dix Heures

30 boulevard de Clichy 75018 Paris – M° Blanche

Location / RĂ©servation : 01 46 06 10 17

 Du 29 novembre 2016 au 3 février 2017

MAR / MER / JEU : 21h00

 

STUDIO HÉBERTOT

78 bis Bd des Batignolles 75017 Paris – M°Villiers / Rome

Location / RĂ©servation : 01 42 93 13 04

ModĂšle Vivant - Notes d'Auteur...

Une fille pose dans des ateliers de peinture et de sculpture.
Elle va raconter ce qu’il se passe dans sa tĂȘte et dans son corps. Une sĂ©ance de pose est une forte contrainte physique, mais qui donne « mystĂ©rieusement » une immense libertĂ© de vagabonder…

Selon les ateliers, les temps de pose, les enseignants, les Ă©lĂšves
elle nous entraĂźne dans sa vie passĂ©e, prĂ©sente et future. Chaque sĂ©ance, toujours diffĂ©rente, nous plonge dans une nouvelle « petite » histoire.
Dans le silence de l’atelier ils la regardent, mais savent-ils qu’elle les regarde?

GrĂące Ă  eux, s’imaginent-ils que nue, elle a pu se mettre Ă  nu, qu’elle a pu les mettre Ă  nu? GrĂące Ă  eux, savent-ils que ce modĂšle Ă©crit sa premiĂšre piĂšce?
ModÚle Vivant est le témoignage de cette fille.

ModĂšle Vivant

J’ai Ă©crit ce texte pour raconter toutes les Ă©motions qui me traversent le corps et la tĂȘte quand je suis prise dans le silence et l’immobilitĂ© de la pose.
J’ai Ă©crit ce texte pour tĂ©moigner d’un autre espace-temps, pour dire combien je me sens bien plus forte face au monde en posant nue.

Car poser nue, c’est avoir la possibilitĂ© d’ĂȘtre ce qu’on est avec le corps qu’on a. Bref, un endroit pour moi de libertĂ© et d’harmonie intĂ©rieure oĂč tous les arts se rejoignent.

J’ai eu envie de me laisser envahir par la peinture, l’architecture, la sculpture, et les « croiser » avec la danse, le thĂ©Ăątre et la musique.
La pose est un endroit de rĂ©flexions Ă  la crĂ©ation, d’exigence, de spontanĂ©itĂ©, de gĂ©nĂ©rositĂ©, de prĂ©sence et d’absence. Un endroit transversal dans le monde de l’art.
Essentiel.

 Stéphanie Mathieu

François Berléand

Je connais StĂ©phanie MATHIEU depuis plus de 10 ans. Elle a Ă©tĂ© danseuse de French cancan, en mĂȘme temps comĂ©dienne et modĂšle. Son parcours m’a toujours fascinĂ©… Le mĂ©tier de comĂ©dien permet d’en interprĂ©ter beaucoup. Mais StĂ©phanie c’est autre chose. En dehors de son mĂ©tier de comĂ©dienne, pour pouvoir vivre, elle est modĂšle pour peintre et sculpteur; au pluriel comme au singulier. Et c’est sacrĂ©ment singulier que de pouvoir parler Ă  un modĂšle qui par dĂ©finition se tait! Toutes les questions que j’ai posĂ©es Ă  StĂ©phanie n’Ă©taient que prĂ©texte Ă  en savoir un peu plus sur son travail. Je ne devais pas ĂȘtre le seul, puisque Ă  force elle s’est dĂ©cidĂ©e Ă  Ă©crire ce petit bijou. Et elle me l’a fait lire, et ça m’a bouleversĂ©. Alors quoi de plus naturel que d’aider ceux et ce que l’on aime. Merci Ă  toi StĂ©phanie de permettre au public de dĂ©couvrir non seulement ton mĂ©tier mais aussi cette parcelle de toi si Ă©mouvante.

ModĂšle Vivant - GenĂšse du projet

Il y a 3 ans, j’ai dĂ©couvert ce texte. StĂ©phanie Mathieu, qui connait bien la pose, venait de l’écrire. Comme nous avions travaillĂ© ensemble sur plusieurs piĂšces (Le jardin d’Amilcar de Bernadette Heubert, l’Epreuve de Marivaux, Altenheim de François Chodat, l’Imposture Comique de Pascal Bancou), elle me demandait mon impression.

J’ai Ă©tĂ© bouleversĂ© par ce mĂ©lange de confessions, d’humour, de souvenirs et d’affirmations autour de cet Ă©tat si Ă©trange que la nuditĂ© du modĂšle, et je l’ai encouragĂ© Ă  faire exister ce projet si atypique.
Et puis la production d’un spectacle est bien singuliĂšre et durant 3 ans ce texte a connu la joie de programmations futures suivis de renonciation Ă  la parole donnĂ©e ! Face Ă  ces dĂ©convenues (malheureusement frĂ©quentes dans notre mĂ©tier), l’équipe de crĂ©ation a, petit Ă  petit, dĂ©crochĂ© et StĂ©phanie Mathieu et Hubert Saint Macary (qui portait le projet) m’ont proposĂ© de le reprendre en main et d’en faire la mise en scĂšne.

Ce texte me paraissant essentiel, j’ai dit oui et je leur ai suggĂ©rĂ© de faire Avignon. Il nous fallait un dĂ©but de production, François BerlĂ©and nous a proposĂ© son aide, il nous fallait un ThĂ©Ăątre, et Gilles de La RochefordiĂšre que je connais bien, nous a proposĂ© de venir Ă  l’Arrache CƓur le jouer cet Ă©tĂ©. Le ThĂ©Ăątre de la Huchette, qui suivait ce spectacle de prĂšs, pour avoir organisĂ© des lectures du texte, a proposĂ©, lui, deux dates de reprĂ©sentations en septembre 2017, dans le cadre d’un festival de seul en scĂšne


Enfin cette aventure va donc pouvoir voir le jour, pour le plus grand plaisir des spectateurs.

ModĂšle Vivant - Notes de mise en scĂšne...

J’aime ce texte par son cotĂ© impressionniste, nous plongeons dans l’univers du modĂšle qui est devant nous et chacune de ses rĂ©flexions sont un peu des rĂ©ponses Ă  nos interrogations les plus intimes.

Oui, il y a une parole dans un corps dĂ©nudé ! Et cette parole est un zapping d’impressions insolites, qui nous rappellent que chaque jour, nous aussi nous nous dĂ©shabillons au moins deux fois!

J’aime ce texte par sa sensibilitĂ© sans fard, qui s’exprime, dans la simplicitĂ© d’un corps nu et la complexitĂ© que cette nuditĂ© nous renvoie.

D’un coup, nous nous mettons en face nos contradictions : regarde-t-on un corps fĂ©minin comme une invitation Ă  la sexualitĂ© ou comme « le simple appareil d’une beautĂ© qu’on rĂ©veille au sommeil » ?

A cela nous avons cherché des réponses scéniques, en travaillant sur ce paradoxe entre la nudité sacralisée et la nudité banalisée.

Le modĂšle qui s’exprime devant nous sera dans un atelier qui prendra la lumiĂšre de plusieurs ateliers et nous le verrons tantĂŽt dans des poses sophistiquĂ©es, tantĂŽt dans des poses trĂšs quotidiennes
Alors une impression paradoxale de simplicitĂ©, d’érotisme, et d’intimitĂ© nous gagnera donnant Ă  ce spectacle un parfum singulier de plaisir, entre l’intelligence et l’émotion !

Xavier Lemaire