Zigzag
Mise en scène :
Xavier Lemaire
Auteur(s) :
Xavier Lemaire
Distribution :
Isabelle Andréani, Frank Jouglas, Xavier Lemaire
Année de production :
2015
Equipe technique :
Caroline Mexme (décors), Stéphane Baquet (Lumière), Marie Thérèse Roy (costumes), Rodrigue Louisar (régie)
Durée du spectacle :
1 heures 20 minutes

ZIGZAG, c’est un certain regard sur « la mise en scène » avec en support la 1ère scène du Médecin malgré lui de Molière, c’est une conférence déjantée et mouvementée qui réserve bien des surprises…

TOURNEE 2017-2018 pour ZIGZAG:

  • vendredi 22 septembre 2017: CABESTANY
  • samedi 30 septembre 2017: ROANNE
  • vendredi 10 novembre 2017 : PUTEAUX
  • vendredi 24 novembre 2017 : MAGNY LES HAMEAUX (2 représentations)
  • jeudi 02 décembre 2017 : MARLY LE ROI
  • samedi 16 décembre 2017 : SAINTE FOY LES LYON

TOURNEE ZIGZAG 2018 à suivre…

REPRISE de notre création ZIGZAG au Festival d'AVIGNON 2016

« ZIGZAG », écrit et mis en scène par Xavier Lemaire, du 6 au 31 juillet 2016, au Théâtre de LA LUNA à 11h01

Quelques photos ...

.

DATES DE TOURNEE saison 2015-2016

 CREATION 2015 de la Compagnie Les Larrons au Festival d’Avignon, au Théâtre de LA LUNA, du 03 au 26 juillet 2015 (24) :                                                            29ème représentation

2015-2016

– 29 janvier 2016 : RIEUPEYROUX

– du 04 au 07 février 2016 : MONACO (4 représentations)

– FESTIVAL KOMIDI à la Réunion : du 1er au 04 mai 2016 (6 représentations)

– Chartres du 19 au 22 mai 2016 (5)

– Draveil : 28 mai 2016                                                                      46ème représentation

REPRISE AU FESTIVAL D’AVIGNON 2016 :

du 07 au 31 juillet 2016, au Théâtre de La Luna à 11h01

Toute première création : La génèse de ``Zigzag``...

« 3 Variations de mise en scène du « Médecin malgré lui »de Molière…
 de et mis en scène par Xavier Lemaire
Avec Isabelle Andréani, Grégori Baquet et Xavier Lemaire
–      Lundi 30 septembre 2013 : Rueil Malmaison (Théâtre André Malraux)
–      Lundi 14 octobre 2013 : Rueil Malmaison (Théâtre André Malraux)

LES COMEDIENS

Isabelle ANDREANI – La comédienne- 

Isabelle Andréani a été formée à l’Ecole Supérieure d’Art Dramatique de la Ville de Paris. Elle a une formation également de Théâtre Masqué et de Clown.

Elle joue de nombreux classiques : Marivaux, Molière, Beaumarchais, Goldoni, Feydeau… Actrice de Compagnie, elle a travaillé notamment 9 ans avec Jacques Seiler.

Elle participe aux créations d’auteurs contemporains tels que : Y. Simon, L-C Sirjac, X. Durringer, V. Feyder, C. Thibaut, D. Keen (Puisque tu es des miens) et Hanokh Levin Kroum l’Ectoplasme, mise en scène C. Poirée – Théâtre de la Tempête.

Sous la direction de C. Thibaut, elle fera les créations de: Intérieurs et Immortelle Exception ainsi qu’en avril 2010, la pièce Eté, au Théâtre de l’Etoile du Nord.

Sous la direction et avec Xavier Lemaire, elle joue Eve dans Adam, Eve et descendances de P.Bancou ? elle interprète le rôle de Lisette dans Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux, le rôle de Marthe dans L’échange de Paul Claudel, et Clara dans la pièce de Claude Cohen Qui es tu Fritz Haber ?

Elle écrit et met en scène  La clef du grenier d’Alfred, qu’elle associe à Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée  d’Alfred de Musset, ce spectacle créé en novembre 2007 au Théâtre Aktéon, sera repris au Théâtre Essaïon puis en tournée avec à ce jour plus de 430 représentation. Elle a obtenu le prix Charles Oulmont sous l’égide de la fondation de France 2008, pour son interprétation sur cette pièce.

Franck Jouglas – Le Comédien

Franck Jouglas suit la formation du Conservatoire du Xème arrondissement de Paris sous la direction de Jean Louis Bihoreau et Michèle Garay. Il a joué dans une quarantaine de films et presque autant de pièces de théâtre dont notamment Le Grand Mezze au Théâtre du Rond Point de Edouard Baer et François Rollin, Opération Cousine au Théâtre Fontaine mis en scène par Dominique Deschamps, Le temps du gourdin de Philippe de Chauveron à la Comédie de Paris dans une mise en scène de Xavier Letourneur et pour Xavier Lemaire  Le jeu de l’amour et du hasard, La Ville qui crée le roman, Les coquelicots des tranchées.

Xavier LEMAIRE- le Maître de conférence

Formé au Studio 34 par Claude Mathieu et Philippe Brigaud (Promotion jean Claude Brialy), mais aussi avec le regard complice de Michel Bouquet, Xavier Lemaire est au départ comédien, une quarantaine de rôles grâce à des metteurs en scène comme Jean-Charles Lenoir, Luis Jaime Cortez, Jacka Mare Spino, Nicolas Bataille, Sébastien Azzopardi, Isabelle Andréani… L’envie de construire son univers, d’être plus en harmonie entre ses choix et son idéal, la volonté de découvrir des textes, de raconter des histoires, de débattre au cœur de l’humain le pousse à la mise en scène : 23 créations d’auteurs contemporains, 4 pièces d’auteurs classiques, 5 opéras, 3 spectacles urbains déambulatoires…

L’esprit d’équipe, la volonté de participer à des aventures communes, le guide au cœur des Larrons dont il est le directeur depuis 20 ans.

Parmi ces dernières créations : La soupe aux Orties de Roger Défossez avec lequel il est le Lauréat du Prix Charles Oulmond de La Fondation de France, Le jeu de l’amour et du hasard, de MARIVAUX, L’Alpenage de Knobst de Jean-Loup Horwitz, Après l’incendie de Xavier Jaillard, Le dernier venu de Roger Defossez, L’échange de Paul Claudel, Qui est tu Fritz Haber ? de Claude Cohen qui reçoit le Prix Coup de Cœur de la presse OFF 2013 et le prix de meilleur révélation masculine, Les coquelicots des tranchées, pièce qu’il a co-écrit avec Georges Marie Jolidon et qui obtient La Bourse Beaumarchais,  le Prix du public OFF 2014, et le Molière 2015 Théâtre Public.

Notes de mise en scène – Interview de Xavier Lemaire à propos de ZIGZAG :

Xavier Lemaire d’où vous est venue l’idée de ce spectacle ?

En 2012 Jean-Claude Derry voulait faire une soirée parlant de théâtre, à l’occasion des 40 ans du Théâtre André Malraux de Rueil Malmaison, et je lui ai proposé cet impromptu sur la mise en scène qui s’appelait alors 3 variations de mise en scène.

Zigzag est donc une reprise ?

Non pas du tout ! Zigzag est une vraie création qui a pour inspiration et paternité  3 variations sur la mise en scène!

En effet nous avons repensé le format et le texte du spectacle, nous avons créé de nouveau personnages, et notamment Jeanne-Yvette et Quentin les techniciens qui n’existaient pas et qui seront source de situations amusantes, et nous avons complètement retravaillé les décors et costumes qui n’étaient que des emprunts et des fonds d’atelier parce que nous n’avions pas de production pour « juste »une soirée !

Alors Zigzag c’est quoi ?

Zigzag c’est une conférence sur la mise en scène,  avec en appuie trois versions de la première scène du médecin malgré lui de Molière et des interventions singulières à propos de l’art dramatique. C’est une façon de mieux regardé et comprendre l’objet Théâtre, c’est une approche ludique pour revivifier sa dégustation de spectacle ! C’est un moment de rencontre avec le public qui pour quelques uns connaissent mon travail depuis 20 ans !

Comment définir la mise en scène d’un spectacle qui est une « conférence » de mise en scène ?

La question est vive effectivement ! Pour ce spectacle il y a d’abord l’effet conférence, je suis proche du public, je lui parle et je le côtoie comme un professeur avec ces élèves, il y a ensuite l’effet happening avec des interventions clownesques de techniciens ou de personnages qui veulent participer au spectacle, qui sont joués par les acteurs. Là nous sommes dans un mode burlesque proche du café théâtre ou de cirque. Et puis il y les trois versions de scène, qui ne se ressemblent pas du tout, que nous abordons sans aucune ironie et avec la plus grande sincérité quant à l’esprit de la version, la performance du jeu d’acteur et l’esthétique proposée pour chacune. Je ne veux pas me moquer de tel ou tel forme de théâtre mais plutôt ouvrir le champ du possible et que chaque spectateur puisse être sensible à chaque version et par delà puisse aiguiser son regard sur le théâtre. Dans la direction d’acteur, chaque version est travaillée dans l’esprit ; par exemple pour la version classique nous travaillons dans l’esprit commedia, pour la version symboliste nous faisons un grand travail de concentration et de distanciation, pour la version moderne nous allons chercher un travail d’incarnation « stanislavskien ».

Il y a donc une volonté pédagogique dans Zigzag ?

Absolument ! Et quand nous avons joué 3 variations sur la mise en scène à Rueil beaucoup de spectateurs m’ont dit : c’est formidable nous comprenons mieux des spectacles qui nous étaient passés un peu à coté! Zigzag a aussi cette ambition : de permettre de mieux regardé le spectacle vivant, de mieux l’aimer. Je pense que le théâtre est maltraité en ce moment – par ceux qui le font via des combats de chapelles stériles et des dogmatismes hors propos – par la presse qui ne creuse plus le travail des artistes par manque de moyen et de temps – et par le public qui valorise des effets marketing et ne s’aventure plus vers des découvertes. Je ne pourrais jamais changer tout cela mais par mes spectacles essayer de proposer des réponses…

Comment est venue l’écriture de zigzag?

Cela fait plus de 20 ans que je donne des cours, que je fais des rencontres avec le public, que je discute avec les gens de spectacles (acteurs, metteur en scène, décorateur, éclairagiste, costumiers, musiciens, etc. …) ; il y a donc, dans Zigzag, un condensé de tout ce foisonnement de parcours ainsi que d’extraits de textes de gens qui m’inspirent ; il y a aussi une grande part d’impros avec les acteurs du spectacle et notamment Isabelle Andréani que je connais bien…Le texte sera une base qui va évoluer au fil des représentations mais qui nous fixe une architecture qui sera le garant d’un spectacle tenu.

Est-ce par hasard que ce spectacle coïncide avec les 20 ans de votre compagnie, les  d’Avignon?

Non, évidemment l’occasion fait le Larron! L’an passé nous sommes descendus avec les Coquelicots des tranchées qui  était un défi à la raison et la morosité théâtrale: 12 comédiens, 4 techniciens, 60 costumes, 22 changements de décor, 3 ans d’écriture… et ce défi c’est révélé une aventure extraordinaire, humainement et artistiquement, avec pour couronnement le prix du public d’Avignon Off2014 et le Molière 2015 Théâtre Public. Un rêve et un espoir que « le mérite vaut bien la naissance » comme dit Marivaux !

Il ne nous était pas possible de revenir cette année avec ce spectacle pour des raisons financières que chacun comprend, et moi je ne voulais pas enchaîner sur une autre création mais parler un peu de théâtre avec le public et ouvrir mon cœur à ce qui me touche et m’investit chaque jour : le Théâtre …